Samedi 24 novembre 2012

Bibliothèque Nationale de France

Site François Mitterrand

Grand auditorium, hall est

Quai François Mauriac, 75013, Paris

Horaires: 9h-18h

 

Titre rencontre

 

 

Les nouvelles lumières

Comment la physique continue d’éclairer le monde

 

 

 

 

 

 

 

Présentation générale

Depuis longtemps la lumière n’est plus notre seule source d’information sur l’Univers. La physique a étendu progressivement la notion de rayonnement au-delà du spectre visible, depuis les ondes radio jusqu’aux rayons gamma, et ses instruments détectent bien d’autres particules que les photons. Les physiciens observent le monde au-delà de ce qu’en révèle la lumière. Toutefois, symboliquement, « éclairer le monde » demeure l’ambition de la science. En cherchant à comprendre la Nature, la physique répond toujours à la vocation de l’esprit humain à penser par soi-même, et, en lui montrant l’étendue de ses progrès et des efforts qu’il lui reste à accomplir, elle lui propose une estimation raisonnable de sa propre valeur. C’est pourquoi les découvertes récentes et les recherches en cours sur les « nouvelles lumières » de la physique sont aussi la source de nouvelles Lumières pour l’esprit.

L’observation astronomique du rayonnement des astres dans le spectre de la lumière visible est maintenant complétée par celles faites dans d’autres longueurs d’ondes : les astrophysiciens scrutent la lumière des origines, le rayonnement du fond cosmologique, grâce au télescope Planck, et ils s’interrogent aussi sur les processus qui conduisent à la naissance des étoiles dans des nuages de gaz qu’observe dans l’infrarouge le télescope Herschel. Il s’agit là encore d’ondes électromagnétiques. Mais il existe d’autres lumières, des particules qui ne sont pas des photons et qui peuvent tout de même nous renseigner sur la Nature, comme les neutrinos. Ceux-ci interagissent à peine avec la matière, ce qui les rend si difficiles à détecter ; y parvenir ouvre cependant de nouvelles perspectives sur l’Univers. Le laser, ce rayonnement lumineux particulier, est utilisé dans des caméras ultra-rapides qui permettent d’étudier les processus électroniques élémentaires au sein des molécules et des atomes. Le synchrotron « Soleil » produit dans ses « lignes de lumière » un rayonnement qui sert, par exemple, à examiner en profondeur et sans les altérer les vestiges archéologiques.

La complexité de tels dispositifs expérimentaux peut obscurcir la signification des résultats de la physique contemporaine et l’éclairage qu’elle apporte à la compréhension du monde. Mais cette relative opacité pour le profane n’est certainement pas la source de l’obscurantisme. Celui-ci résulte plutôt des « fausses lumières », c’est-à-dire des charlatans qui usurpent l’autorité de la science pour diffuser la superstition et leurs croyances intéressées. L’activité rationaliste de la physique est une lutte perpétuelle. Devant les difficultés à comprendre les enjeux de la physique actuelle, le retour chronique des idéologies antiscientifiques, les querelles incessantes et les abus de l’expertise qui troublent l’image du scientifique, certains désespèrent de la science.

Pourtant les progrès de la physique n’ont pas cessé de faire naître de nouvelles Lumières.
« Qu’est-ce que les Lumières ? ». À cette question le philosophe Kant répond qu’elles sont, pour chaque homme, le courage de se servir de son propre entendement au lieu d’obéir aveuglément. À la lumière des progrès accomplis par la physique, mais aussi des mutations institutionnelles et des transformations du champ scientifique, comment peut-on penser aujourd’hui une gouvernance éclairée pour la physique et la science en général ? Tel est le débat qui conclura la treizième rencontre « Physique et Interrogations Fondamentales ».

Vincent Bontems

 

L'entrée est libre et gratuite, sur inscription préalable. L'inscription à l'accueil le jour même ne sera possible que dans la limite des places disponibles.

Inscriptions closes, rendez-vous pour PIF14.

Vous pouvez suivre ici les vidéos des conférences.

 

 
   

 

 

9h00-09h30 Accueil

09h30-10h
Introduction : L’esprit des Lumières souffle-t-il encore ?
Etienne KLEIN (LARSIM-CEA)
Lumières des origines

  10h00-10h30 Le télescope spatial Herschel éclaire la naissance des étoiles
Vincent MINIER(SAP-CEA)
  10h30-11h00 Lumières cosmologiques pour explorer lois et histoire de l'Univers

François BOUCHET (IAP-CNRS)

 

 11h00-11h15

Echanges avec le public
Les autres lumières
  11h15-11h45 La lumière des neutrinos
Daniel VIGNAUD (APC, CNRS)
  11:45-12h Echanges avec le public  
Déjeuner libre: 12h00-14h00

 

   

 

14h00-14h30, Café-rencontre avec les orateurs dans le foyer de l’auditorium  
Les nouvelles lumières

 

  14h30-15h00 Les matériaux anciens à la lumière du synchrotron

Loïc BERTRAND (IPANEMA, CNRS/MCC)

  15h00-15h30 Des impulsions ultracourtes pour photographier le mouvement des électrons

Anne L’HUILLIER (Université de Lund)

  15h30-15h45 Echanges avec le public  
Les fausses lumières

 

 
  15h45-16h00 Musique des Lumières Philippe Foulon
  15h45-16h30 Comment des scientifiques contribuent à la montée du mysticisme Yves GINGRAS (CIRST - UQAM)
La gouvernance éclairée.    
  16h15-18h00 Table ronde animée par Marie-Odile Monchicourt, Journaliste, chroniqueuse scientifique à France Info et Vincent Bontems, Philosophe-épistémologue(LARSIM-CEA) Eric BRIAN (EHESS-Centre de Synthèse), Philippe BUSQUIN (STOA), Yves GINGRAS, Michel SPIRO (CERN), Tzvetan TODOROV (CRAL-EHESS)
   

 
 
Organisation

Comité d'organisation:

SFP: Vincent Bontems, Gilles Cohen-Tannoudji, Isabelle Cossin, Étienne Klein, Emmanuelle de Laborderie, Jean-Pierre J. Lafon, Valérie Lefèvre-Seguin, Jean-Michel Lévy, Marios Petropoulos, Sophie Rémy, Yves Sacquin

Gérard Tronel, Philippe Raccah

BnF : Aline Annabi, Angel Clemares, François Nida.

Attachée de presse : Claudette Duplan : clduplan@neuf.fr - 06 64 83 08 25

Chargée de communication : Isabelle Cossin, CNRS : cossin@lpnhe.in2p3.fr

Webmestre : Emmanuelle de Laborderie

 
En partenariat avec: