1 - LES CONSTATS ET LES OBJECTIFS DE LA COMMISSION

 

 

Un point sur les formations doctorales et les débouchés des docteurs. Une explication du point de vue adopté par la commission.

 

Il n'y a pas trop de docteurs formés

 

 

Il faut une étude du devenir des post-docs

 

De nombreux débouchés potentiels

La première question qui se pose est : "forme-t-on trop de docteurs en physique en France?" Quelle est la situation actuelle? Environ un millier de thèses de physique sont soutenues chaque année ce qui, au regard des promotions annuelles de cadres et d'ingénieurs, ne semble pas un nombre grand. D'après les statistiques des doctorats soutenus en 1996 (cf. Annexe 2), près de 20% des nouveaux docteurs sont sans emploi au début 1997. Heureusement, un an plus tard, début 1998, il en reste moins de 10%. Toutefois, à la même époque, seulement la moitié environ de la promotion 1996 occupe des emplois stables car encore beaucoup se trouvent dans des emplois à caractères temporaires du type ATER, post-docs, etc... Les statistiques sur ces docteurs sont très parcellaires et l'étude de leur devenir est sans nul doute indispensable à une vision réaliste de leur situation professionnelle. Le constat le plus frappant concerne le faible flux de docteurs vers l’industrie. Il est donc clair que dans la situation actuelle, trop de docteurs ne trouvent pas naturellement de débouchés. Cette situation n'est pas saine.

A l’examen pourtant, il apparaît, comme nous allons le voir, que beaucoup de débouchés possibles représentent de forts potentiels d’embauche pour les jeunes docteurs. Les qualités et compétences développées et acquises pendant une thèse font des docteurs en physique un atout pour l'entreprise. Ceci est d'autant plus vrai que le Ph.D. est en fait largement reconnu de part le monde. Mais pour cela, il faut faire évoluer cette formation vers une ouverture plus large vers le monde de l’entreprise et plus généralement vers la société mais il ne faut pas réduire le nombre de docteurs formés.

Les docteurs un atout pour l’avenir

Aujourd’hui, la thèse est souvent une formation polarisée vers un recrutement dans la recherche publique. Pourtant, seulement le tiers des docteurs va travailler effectivement dans ce domaine. Les deux tiers restant vont aller mettre leur compétence au service d'autres secteurs de la société. Il semble nécessaire de mieux adapter le doctorat à ses débouchés effectifs en y ajoutant de la valeur, en terme de formation et d'expérience, sans en altérer le contenu. La formation doctorale doit être une école de l’innovation dans un monde où la haute technologie représente l’avenir.

La thèse est souvent considérée comme une hyper-spécialisation dans un domaine très restreint de la physique. Il faudrait plutôt renforcer la dimension d'une véritable expérience professionnelle de plusieurs années dans un laboratoire de haute technologie, succédant à une formation de généraliste en physique (Bac + 5) et permettant à un jeune cadre de faire ses preuves dans un véritable métier.

Deux "mondes" insuffisamment imbriqués

Dans de nombreux cas, le problème de l'inadéquation des docteurs et des entreprises relève d'une méconnaissance liée à la mauvaise imbrication des "mondes" industriels et académiques :

 

 

 

 

Changer l’image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Améliorer la lisibilité

    • Le monde des entreprises et celui des laboratoires de recherche ne se connaissent et ne se côtoient pas assez, et n’ont pas assez de relations. Certains enseignants - chercheurs et directeurs de thèse ne connaissent pas le monde industriel . C'est un inconvénient compte tenu du fait qu’ils seront éventuellement amenés à diriger des recherches en relation avec l'industrie et devront aider leurs étudiants à se positionner par rapport a un projet professionnel.
    • Dans les industries comme dans les PME-PMI, il semble que de nombreux docteurs (particulièrement ceux qui ont effectué une thèse fondamentale, sans avoir de rapports avec l'industrie) ne sont pas familiarisés avec le monde de l’entreprise, des techniques qui y sont employées...Cette situation freine alors leur embauche. Une ouverture des docteurs vers les entreprises est donc nécessaire pour développer l’embauche de docteurs dans le secteur privé.
    • Les docteurs sont bien reconnus par les entreprises qui en ont déjà embauché auparavant. Celles-ci sont généralement très satisfaites de leur docteurs mais, compte tenu des faibles flux, elles ne sont pas assez nombreuses. Ce manque de docteurs dans l'encadrement des entreprises entraîne une méconnaissance de ce cursus.
    • Les entreprises éprouvent souvent des difficultés à juger des qualités et compétences d'un jeune docteur par manque de transparence et de lisibilité des thèses délivrées. Ceci est en grande partie dû à la complexité des cursus et du tissu actuel des formations doctorales (des dizaines de DEA alliés a des centaines de laboratoires et des milliers de directeurs de thèse). La commission a aussi noté la confusion qui existe aujourd'hui entre le jugement des qualité de la thèse (qui met en jeu de très nombreux facteurs extérieurs au docteur) et le bilan des compétences du docteur (qui ne met en cause que l'individu). De plus, bien souvent les laboratoires de recherche "se gardent" les meilleurs candidats, l'industrie n'apparaissant plus comme un débouché naturel mais comme un échec. Il en résulte que les dirigeants de PME-PMI ou d’industrie se tournent davantage vers les ingénieurs sortis de grandes écoles. Le système des écoles d’ingénieur assure l’employeur de l’embauche de quelqu’un qui a suivi un cursus clair et standardisé, connu et reconnu, mesurable par la réputation de l’école, révélateur non seulement d’un niveau scientifique et technique mais aussi d’une certaine combativité issue de la sélection sur concours . L’école est une garantie ou une façon de limiter les risques pour un employeur.

 

 

 

 

 

 

 

Des progrès possibles

 

 

 

 

 

Pour ceux qui connaissent leur capacité, les docteurs sont appréciés pour leurs qualités d’innovation, pour la notion de travail en équipe, pour leurs connaissances des outils informatiques, pour leur entraînement à la communication, pour leur réseau de connaissances... . Toutefois, la trop faible insertion des docteurs dans l'industrie ne résulte pas seulement d'une méconnaissance réciproque entre recherche publique et industrie. Même si nombre de thèses sont des formations de qualité, il peut arriver qu'à la fois doctorants et encadrants "oublient" certains points qui, même s'ils ne sont pas tous indispensables pour un recrutement en recherche publique, sont essentiels pour une embauche dans un autre secteur. Nous en reprenons ici quelques uns :

Compléter la formation

 

 

 

 

 

 

 

 

Une prise de conscience

 

Valoriser aussi la physique appliquée

    • Les entreprises ont besoin de personnes ayant une culture scientifique large, car elles doivent souvent s’adapter à de nouveaux domaines et être opérationnelles le plus rapidement possible. La spécialisation nécessaire à un travail de thèse ne doit pas se faire au détriment d'une ouverture culturelle et scientifique. Il faut veiller à donner une "assise" large aux compétences et connaissances acquises pendant la thèse.
    • Les docteurs doivent aborder leur thèse comme un véritable projet à réaliser en un temps défini. Il doivent en assumer la gestion afin de développer les compétences requises (autonomie, respect des coûts et délais, écoute des besoins, contrôle des spécificités techniques , sens des responsabilités...). Ce sont ces compétences qu'ils valoriseront dans leur vie professionnelle. De plus ils doivent être sensibilisés aux méthodes de travail professionnelles et en particulier à la notion de démarche qualité.
    • Les docteurs eux-mêmes ne sont pas toujours conscients de leurs acquis, connaissances, compétences et expériences développées pendant leurs 3 années de recherche. Ces points sont à mettre en valeur dans le cadre de leur projet professionnel.
    • Le milieu académique ne valorise pas toujours suffisamment la physique appliquée par rapport à la recherche fondamentale, et délivre parfois des messages négatifs , tel : l’entreprise symbolise une prise de risque, tandis qu’un emploi en recherche est plus sûr... Une évolution des mentalités est nécessaire.
    • En terme de création d’entreprise, la recherche publique présente beaucoup de freins et blocages. Dans le domaine humain en particulier, l’université devrait renforcer son rôle d'école de l’innovation en responsabilisant les étudiants.

 

 

Toutes ces remarques montrent à quel point il est aujourd'hui nécessaire de rapprocher les "mondes" industriels et académiques comme cela a déjà été de nombreuses fois fait avec succès. Notons en particulier à différents niveaux les procédures d'aide à l'insertion du ministère (CORTECHS, DRT, CIFRE, ARI - gérée par l'ANVAR-, ...). Toutefois, ces initiatives ne sont pas encore suffisamment connues et généralisées.

Garder le fond

 

Changer la forme

Il est essentiel de souligner qu'à aucun moment notre analyse n’a remis en cause la thèse en elle-même mais il est rapidement apparu qu'une définition plus stricte du travail et de la formation du doctorant était nécessaire. Il faut donc bien différencier les qualités de la thèse -- des résultats novateurs dans un domaine de pointe -- des compétences du jeune docteur -- personne ayant une expérience professionnelle de cadre de haut niveau de plusieurs années.

Faire évoluer les mentalités

 

 

 

Des droits et des devoirs pour chacun

Il ne s’agit en aucun cas d’industrialiser la recherche fondamentale mais bien de rendre l'expérience et la formation doctorale plus adéquate avec un monde plus vaste que celui de la seule recherche publique. Cela passe, non seulement par un réajustement de la formation doctorale mais aussi, et probablement surtout, par une évolution importante des mentalités aussi bien de la part des doctorants, des encadrants et des universitaires que de la part des industriels.

Il ne s'agit pas non plus de demander à la formation ou à l'encadrement de "fournir" un travail à tout docteur après la thèse. Nul ne pourra se substituer à un docteur dans sa recherche d'emploi ou à une audition de recrutement. La formation doctorale se doit d'être reconnue et de qualité. L'expérience professionnelle acquise dans un laboratoire doit être de haut niveau et adaptée. Le doctorat doit favoriser le développement des potentialités de chacun. Voilà les devoirs de la formation ou de l'encadrement. Mais il est important de rappeler que le projet professionnel et les choix d'orientation demeurent de la responsabilité du doctorant.

 

Une formation par la recherche renouvelée ayant les moyens de sa réalité

 

 

Donnons à la formation par la recherche les moyens de sa réalité. Faisons-la connaître et reconnaître en la rendant plus transparente et plus ouverte. Evitons les "déformations" par la recherche mais généralisons les succès des thèses actuelles de qualité. Voilà les objectifs de la commission. Ainsi a-t-elle formulé des recommandations portant sur :

    • le rapprochement des mondes et des filières académiques et industriels,
    • le contenu de la formation et de l'expérience doctorale,
    • la mise en place de nouvelles structures adéquates,
    • les actions avant et après la thèse,
    • la communication.