2 - LE MARCHE DU DOCTEUR : LES DEBOUCHES

 

Une analyse des différents débouchés pour les docteurs décrivant le travail et les critères de recrutement.

  • 2 - 1 - L’ingénieur de recherche
  • 2 - 2 - L’ingénieur développeur - l'ingénieur d'affaire
  • 2 - 3 - Le cadre en PME/PMI - le chef de projet
  • 2 - 4 - Le créateur d’entreprise
  • 2 - 5 - Le chercheur et L’enseignant-chercheur

 

 

 

 

Pour identifier clairement les qualités ou inadéquations de la formation par la recherche avec les exigences du monde de l’industrie, nous avons décidé d’étudier les principaux débouchés possibles pour les docteurs hors de la recherche publique et d’examiner, pour chacun d’entre eux, les compétences et qualités requises à l’embauche. Ces débouchés génériques sont ceux de :

    • I - ingénieur de recherche,
    • II - ingénieur développeur,
    • III - cadre dans le PME-PMI,
    • IV - créateur d’entreprise.

Parallèlement, ce travail a aussi été effectué pour :

    • V - 1) les chercheurs des institutions publiques,
    • V - 2) les enseignants-chercheurs.

 

 

 

 

2 - 1 - L’ingénieur de recherche

Inventer, Valider, Expertiser

Le métier d’ingénieur de recherche en industrie est, dans le domaine non public, celui qui a le plus d’affinités directes avec la formation doctorale. La recherche dans une entreprise concerne souvent la question des applications à plus ou moins long terme sans être pour autant une recherche appliquée. Elle peut être tout aussi fondamentale que la recherche publique comme le montre le nombre de publications signées par des ingénieurs de recherche. Cette recherche consiste essentiellement à :

    • proposer de nouveaux concepts, c’est-à-dire, inventer,
    • explorer des concepts existants et/ou proposés à l’extérieur de l’entreprise pour les adapter à son cas particulier (valider),
    • répondre aux problèmes techniques posés (expertiser).

Crédibilité Utilité

Pour réussir en recherche industrielle, il faut :

    • être crédible au sein de l’entreprise de façon à avoir les moyens de ses ambitions,
    • être reconnu à l’extérieur pour pouvoir échanger avec la communauté scientifique et les clients techniques. Ceci inclut la notion de veille technologique,
    • effectuer des recherches utiles à l’entreprise, c’est-à-dire qu’elle doit être réutilisable, ou exploitable, y compris par d’autres, au profit de l’entreprise.

 

Un professionnel de la recherche

Le candidat idéal à un emploi d’ingénieur de recherche peut se caractériser de la façon suivante :

    • il doit posséder un haut niveau scientifique et technique et avoir une production scientifique reconnue,
    • il doit être un jeune professionnel de la recherche, formé par un séjour de 2 ans minimum dans un laboratoire. II doit bien évidemment être motivé par la recherche et acquérir, durant ce séjour en laboratoire, une forte autonomie,
    • il doit avoir le goût des relations humaines. Le travail de recherche se fait en équipe et il faut savoir s’insérer et encadrer,
    • les qualités d’expression, de contact et d’écoute sont donc essentielles. Ceci est également valable pour les relations avec les clients.

 

 

 

Aujourd’hui, l’ingénieur de recherche doit savoir être mobile aussi bien sur le plan géographique (travail à l’étranger) que sur le plan thématique (changer de projet de recherche, de métier). La majorité évolue après 5 ans vers le métier d’ingénieur d’affaires.

 

 

 

 

 

 

Les maîtres mots pour caractériser le métier d’ingénieur de recherche sont donc : haut niveau scientifique et technique , formation par la recherche , sens du contact humain et mobilité géographique et thématique.

 

 

 

 

 

2 - 2 - L’ingénieur développeur - l'ingénieur d'affaire

Conforme aux exigences du client

 

 

 

 

Innover sans improviser

Le métier d’ingénieur développeur consiste à mener à bien, le développement d’un produit (souvent issu du domaine de la recherche). Il s’agit d’élaborer dans le cadre d'une assurance qualité un produit conforme aux exigences du client du point de vue :

    • performances : l’ingénieur doit connaître les besoins du client, identifier et maîtriser les risques, mettre en place l’organisation (dossier de spécifications, de conception), les procédures et les outils efficaces dans ce seul but. Il doit vérifier la conformité du produit au besoin spécifié, avant et après le développement du code ;
    • prix : la Qualité, c’est la satisfaction du client au meilleur coût ;
    • délais : la Qualité, c’est la planification : " l’Assurance Qualité, c’est éviter l’improvisation pour de meilleures innovations ".

Ecoute, méthode, ténacité

Le profil idéal correspondant à ces exigences, implique :

    • des qualités d’écoute afin de définir au mieux les besoins du client et le développement du produit,
    • de la méthode et de la rigueur,
    • la capacité d’aller à l’essentiel, (ceci est aussi vrai pour la recherche d’information),
    • le goût du travail en équipe et de l’encadrement,
    • des qualités de patience et de ténacité pour mener un projet à son terme. Il s’agit de " converger " et de " faire converger ",
    • une maîtrise de la rédaction de rapport, et de la synthèse.

 

 

 

 

 

Pour le métier d’ingénieur développeur, les qualités d’écoute, de méthode, d’esprit d’analyse et de convergence sont essentielles.

 

 

 

 

 

 

 

 

2 - 3 - Le cadre en PME/PMI - le chef de projet

Un potentiel d'embauche

 

 

 

 

 

Il est bien évidemment beaucoup plus difficile de définir un profil type pour ce débouché. Contrairement aux deux métiers précédents, pour lesquels les missions sont bien identifiées, le cadre en PME/PMI est confronté à une très grande diversité de situations possibles. La cible privilégiée des jeunes docteurs est la PME/PMI dans le domaine de la haute technologie bien que, de nos jours, les entreprises traditionnelles ont elles aussi besoin de haute technologie. Les PME/PMI "high techs", avec une forte croissance, présentent un fort potentiel d’embauche de docteurs, mais pas assez exploité.

Compte tenu de leur petite taille, les PME/PMI ont besoin de cadres aux compétences larges et diversifiées, qui apprécient la recherche appliquée. De plus, une petite entreprise ne peut pas prendre de risques lors d'une embauche, ce qui renforce la demande d'une grande transparence et lisibilité des formations doctorales.

Savoir, Créer, Converger

Les principales qualités requises pour le métier de cadre (ou de chef de projet) en PME/PMI peuvent être assez clairement identifiées :

    • le candidat doit être motivé pour s’investir dans le domaine d’activité de l’entreprise,
    • il doit être expérimenté et rapidement opérationnel (le temps de formation ne peut être que court),
    • il doit posséder un bon niveau scientifique et une démarche intellectuelle fiable. Sa culture scientifique doit être la plus large possible,
    • il doit faire preuve de créativité,
    • il doit être capable de s’insérer rapidement dans une équipe,
    • il doit savoir mener un projet à son terme, c’est-à-dire savoir " converger " et " faire converger " (c’est à dire avoir les capacités à faire aboutir, à finaliser un projet).

 

 

Les qualités essentielles du cadre en PME/PMI ou chef de projet peuvent donc être résumées comme suit : la faculté à être rapidement opérationnel, un large spectre de connaissances scientifiques ainsi que par la notion de convergence. Etant donnée la très grande diversité de situations, il faut également insister sur la nécessité de posséder des compétences étendues.

 

 

 

 

 

 

 

 

2 - 4 - Le créateur d’entreprise

 

 

 

Les qualités essentielles du créateur d'entreprise sont celles du cadre en PME/PMI associées à une autonomie et un sens des responsabilités accrus.

 

 

 

 

 

 

2 - 5 - Le chercheur et L’enseignant-chercheur

 

 

 

Le Chercheur

Le métier de chercheur peut revêtir des aspects très divers en fonction du domaine de recherche. Les recherches nécessitant l’utilisation de grands équipements (nationaux ou internationaux) sont souvent très structurées et encadrées. Celles pouvant être menées à l’échelle d’un laboratoire sont plus souples dans leur organisation. Dans ce dernier cas, la notion de gestion de projet revêt un caractère plus évolutif.

 

 

 

 

 

 

Chercheur reconnu

 

 

 

 

 

 

Spécialiste avec une envergure scientifique

Toutefois, les qualités requises pour être chercheur restent les mêmes :

    • un chercheur doit être un professionnel de la recherche. Ceci regroupe plusieurs notions liées à l’innovation, à l’originalité des recherches effectuées et des résultats obtenus au niveau international. Cela implique également une veille scientifique importante et une production scientifique reconnue,
    • le chercheur doit savoir gérer un projet. Celui-ci peut être technique et/ou scientifique. Il propose des expériences dont l’intérêt physique est jugé. Il doit convaincre puis mener à terme le projet,
    • il doit savoir maîtriser un certain nombre d’outils utilisant généralement des techniques de pointes (systèmes de détection, électronique, informatique, communication),
    • le chercheur est nécessairement amené à encadrer notamment des étudiants. Il doit savoir travailler dans une équipe qui peut s’étendre à la dimension de collaboration internationale,
    • il doit savoir communiquer pour publier ses résultats (écrit et oral) dans un contexte international.

Outre la reconnaissance de ces qualités, les critères d’appréciation sur un candidat au concours d’entrée dans la recherche publique en physique sont les suivants :

    • la maîtrise de son sujet de thèse, la maturité scientifique, l’ouverture scientifique;
    • Une reconnaissance dans le milieu de la recherche (et des appuis importants lors du passage du concours d’entrée dans les grands organismes publics de recherche), souvent associée à une maîtrise des méthodes de communication,
    • la mobilité, si elle est justifiée dans son projet professionnel (changement de sujet souhaitable, tout en restant dans le domaine de la Physique).

 

 

 

 

 

Les qualités essentielles du chercheur doivent donc être des qualités scientifiques reconnues (maturité, ouverture), des aptitudes à communiquer , le sens du travail en équipe, la capacité à maîtriser des outils modernes variés.

 

 

 

L’enseignant-chercheur

Chercheur et pédagogue

 

Le grand paradoxe dans cette profession est la lourde charge d’enseignement imposée à l’enseignant-chercheur alors qu’il sera jugé essentiellement sur son travail de recherche (et comparé à un chercheur " à plein-temps ") s’il veut devenir professeur et acquérir une stature internationale.

Il doit être un excellent " chercheur à temps partiel ",

    • avec les compétences identifiées pour le chercheur,
    • avec une obligation de résultats,
    • avec un sens de la pédagogie,
    • et un certain charisme.

Il doit s’intégrer dans une structure locale d'enseignement (son intégration demande 4 ans après la thèse). De plus, il doit, en général, avoir effectué de l’enseignement pendant sa thèse pour prétendre passer le concours de maître de conférences. Cet accès à l'enseignement n'est pas accordé à tous, ce qui peut être vu comme une "faille" du système.

 

 

 

 

Les qualités essentielles de l'enseignant - chercheur doivent donc être celles du chercheur alliées à des qualités pédagogiques et une capacité à mener plusieurs projets de front au plus haut niveau.