Fiche de synthèse du rapport :

La thèse en Physique :

une véritable expérience professionnelle

dans les métiers de la recherche

 

 

Ce rapport ainsi que les recommandations auxquelles il aboutit, porte uniquement sur les thèses en physique. Toutefois, nombre de remarques, conclusions et propositions peuvent être étendues à d'autres disciplines. Il a été élaboré durant une année par une commission représentative de toutes les parties prenantes, puis il a été discuté, amendé et modifié par les différentes composantes de la Société Française de Physique (conseil, bureau national, sections locales). Enfin, il a été approuvé en décembre lors du séminaire annuel des instances dirigeantes de la SFP. C'est ce texte final qui est ici présenté.

Il ne cherche pas seulement à trouver des solutions à un problème ponctuel de débouchés pour les docteurs mais à repenser l'idée de formation par la recherche. Il est basé sur l'affirmation qu'un travail en recherche est une expérience formatrice de qualité pour jeunes ingénieurs et pour jeunes universitaires. Bien entendu, la qualité de cette formation va dépendre en grande partie de ce que les encadrants en feront. Ce texte est volontairement ambitieux pour l'avenir du doctorat en tant que formation de cadres.

Nous voulons souligner que nombre de thèses actuelles sont de très bonne qualité et que beaucoup de nos propositions ne sont que des généralisations de méthodes qui aboutissent déjà aujourd'hui à la concrétisation de bonnes thèses. De plus, il nous semble essentiel de souligner que nous ne proposons pas de changer les sujets de thèses mais de travailler sur les compétences acquises et sur la façon de concevoir le travail de thèse.

Les propositions s'articulent autour de trois idées-forces :

  • La thèse, un premier emploi: pour qu'un doctorat soit une véritable expérience professionnelle il faut que ce soit un vrai emploi comprenant une embauche en thèse, un contrat de travail, des devoirs et obligations de cadre, des méthodes de travail ...
  • la deuxième proposition part de la constatation que peu de formations par la recherche sont suffisamment structurées pour être de véritables Ecoles de cadres de haut niveau : Formations continues complémentaires, évaluation des hommes et non seulement des résultats, thèse et après-thèse structurés ...
  • la dernière est de mettre en place une synergie entre le monde académique et le monde industriel : multiplier les occasions de contact comme des "Directoriales", les collaborations, les contrats ... de façon directe ou indirecte, valoriser les initiatives au niveau de la hiérarchie et des instances d'évaluation. Nous proposons des pistes pour que la mise en réseau de ces deux univers s'instaure à long terme.

Les conséquences de cette façon de voir sont simples :

  • les études universitaires s'arrêtent à BAC + 5 avec un couple DEA-DESS évitant de cloisonner les cursus;
  • les doctorants ne sont plus des étudiants mais des chercheurs à part entière. L'emploi de chercheur-doctorant doit être attractif pour motiver les meilleurs diplômés universitaires et des grandes écoles. En contrepartie, il faut instaurer une véritable procédure d'embauche;
  • Le but de la formation par la recherche n'est pas seulement la thèse (i.e. les résultats novateurs) mais aussi l'expérience professionnelle (les méthodes de travail). Les compétences acquises sont à mettre en valeur en instaurant évaluation et transparence. Ces comptes-rendus etbilans pourraient être annexés à la thèse.

C'est avec une démarche responsabilisante qu'une formation peut prétendre à être réellement de haut niveau.Il nous apparaît aussi important de souligner les responsabilités de chacun :

  • l'encadrement est responsable de la qualité de la formation, du projet de recherche proposé et des outils mis à disposition
  • les doctorants sont responsables de leur travail, de leur projet professionnel et de leur insertion.

Pour que les transformations proposées soient un succès il sera essentiel que les compétences acquises par ce cursus plus ouvert que nous proposons soient reconnus en particulier à l'embauche dans les laboratoires de recherche. Nous ne proposons donc pas deux thèses l'une polarisée sur le monde académique et l'autre ouverte vers d'autre horizons. Le but est que tous les docteurs aient inscrit leur parcours professionnel durant leurs années de doctorat dans le cadre décrit dans ce rapport, associant à une grande spécialisation une composante d'ouverture, de formation, de méthodologie et de réflexion sur les compétences acquises et les orientations.