Retour à la page des articles...
Retour à la page des jeunes physiciens...

L'EMPLOI DES JEUNES PHYSICIENS

Une action à l'échelle nationale

La Société Française de Physique s'est toujours intéressée au cas particulier des jeunes physiciens, comme en témoigne son prix jeune chercheur, le rôle qu'elle joua lors de la création de Physique en Herbe ou de l'Association Bernard Gregory, et les relations privilégiées qu'elle entretient encore avec ces deux organisations. La situation économique actuelle, persistante, qui avait épargnée pendant un temps les jeunes diplômés touche désormais l'ensemble des catégories socioprofessionnelles. Il était temps que la SFP se penche sur la question de l'insertion des jeunes physiciens dans la vie active, d'autant plus que jusqu'ici il n'y existait pas d'action permanente dans ce domaine comme il peut y en avoir pour d'autres thèmes par l'intermédiaire des commissions de travail. C'est pourquoi il y a un an et demi un nouveau poste a été crée au bureau de la SFP afin d'étudier les questions relatives aux jeunes physiciens.

La toute première tâche fut de cerner quelles pouvaient être les compétences propres de la SFP pour traiter ce sujet. En effet, entre les activités de l'ABG et Physique en Herbe (et l'APEC), nous étions en droit de nous demander ce que la SFP pouvait envisager de faire dans ce domaine sans dupliquer les actions déjà existantes. Mais cela aurait été oublier que bien avant les principes de "défense" de la Physique, notre Société est le rassemblement de physiciens riches d'expériences les plus diverses. L'idée originale de Daniel Kaplan fut de mettre en contact direct les "vieux" physiciens travaillant en dehors des laboratoires académiques avec les "jeunes" physiciens y séjournant pour une durée déterminée, afin que l'information relative à l'exercice du métier de physicien passe des uns aux autres et qu'une discussion s'instaure entre les deux parties. Ainsi naquit l'action intitulée "Débat national sur la carrière du physicien".

L'idée originelle était de débattre sur l'intérêt de faire une carrière en physique aujourd'hui. Il fallait la mettre à l'épreuve du feu. C'est pourquoi nous proposames aux responsables de "Physique en Herbe 93" d'organiser une table ronde sur ce sujet avec une tribune composée de physiciens proches de la SFP, travaillant pour l'essentiel dans l'industrie[1]. Cette table ronde tranchait avec celles qui étaient proposées par ailleurs par le fait qu'elle était la seule à faire intervenir des physiciens de terrain prêts à parler de leur vie concrète dans l'entreprise. La discussion, animée, se tourna très rapidement vers les difficultés de trouver un emploi et la façon de s'y prendre plutôt que sur les questions de fond concernant l'opportunité de faire une carrière en physique. Il ne s'agissait pas pour les intervenants de se demander pourquoi ils étaient là mais plutôt que faire dans l'avenir proche. Quoiqu'il en soit, les participants trouvèrent là une source d'information originale et concrète.

A l'issue de cette première manifestation, les sections locales furent invitées à organiser des colloques du même type, en conservant leur spécificité régionale. Les colloques organisés reprirent les grandes lignes de notre première expérience avec des variantes allant du débat réellement axé sur la question de fond de la carrière en physique, comme à Lyon[2], jusqu'au débat plus traditionnel d'information sur l'emploi en physique (comme à Nantes[3], Rennes[4], Strasbourg[5], au Centre d'Étude de Saclay[6], avec parfois, en plus des physiciens de terrain, des représentants de l'APEC, de l'ABG, des chambres de commerce et d'industrie, des représentants d'université chargés des relations avec le monde industriel, des responsables au sein de grandes entreprises etc.), en passant par un véritable "Physique en Herbe" de deux jours à Orléans[7] (exposés scientifiques par les jeunes physiciens puis colloque sur l'emploi). A Nice[8], une action originale se prépare : la création d'une association des jeunes physiciens du Campus, organe permanent d'information sur les débouchés en Physique (initiative différée par le fait que Physique en Herbe sera organisé en 1995 par les étudiants niçois).

Nous voyons, à la lueur de ces initiatives, que ce genre d'action permet :

- d'informer de façon originale les jeunes sur ce que peut être leur carrière en physique aujourd'hui en leur donnant un aperçu réaliste des conditions dans lesquelles s'exerce le métier et des difficultés (plus ou moins grandes suivant l'époque ou le lieu) à rentrer dans la vie active.

- de resserrer ou de créer de nouveaux liens entre physiciens de l'industrie et jeunes physiciens et par conséquent physiciens de l'industrie et des laboratoires académiques (puisque certains jeunes physiciens se voient finalement employés dans ces derniers). En un mot cette action contribue à rassembler les physiciens quelle que soit leur activité et le lieu ou ils l'exercent.

- de faire connaître la SFP auprès des jeunes physiciens et de donner une réponse concrète, précise (et convaincante ?) à la question "A quoi sert d'être membre de la SFP ?", pour ceux qui parmi les jeunes se posent encore trop souvent la question.

- de faire progresser la cohésion de la SFP à l'échelle nationale en faisant participer toutes les sections locales à un même projet, en leur permettant de "s'exprimer" simultanément sur un thème donné, fortement influencé par le contexte régional.

Enfin, s'il est vrai que le plus souvent les colloques organisés se sont vus être des séances d'information et de discussion sur les difficultés de trouver un emploi, nous pensons qu'être à l'écoute des jeunes physiciens c'est déjà s'armer pour conduire une réflexion de fond sur ce qu'est la place du physicien dans le monde aujourd'hui, réflexion que se doit d'avoir la SFP. Nous tenons ici, si cette action perdure et s'amplifie, l'occasion de pouvoir dresser un tableau de l'état de la physique en France, de la façon dont les physiciens sont perçus dans l'industrie, des problèmes qui sont liés à leur insertion professionnelle et à leur carrière.

Nous tenons à remercier tous les physiciens des sections locales qui ont bien voulu investir un peu de leur temps pour que cette action soit la réussite de tous.

Th.S.
Chargé des questions liées aux jeunes physiciens





animated book
Page d'entrée Présentation Suggestions,
commentaires

Page réalisée par Th.S.